Déconstruction, village, chaos organisé, plâtre, bois etferrailles inanimées sont les fondamentaux utilisés depuis 3 saisons.

Véhiculés lors de l'exposition "Monumenta"d'"Anselm Kiefer" au grand palais en 2007, ces fondamentauxconstituent les bases idéologiques de mes collections, le travail de l'artisteme pousse à reconstruire de manière industrielle le vêtement, il définit maligne de conduite.

Ma démarche n'a pas pour but de plaire mais d'apporter untravail nouveau de mode.

Cette idéologie est appuyée par mon profond intérêt pour lesécrits d'Arthur Cravan.

Ils me permettent de m'évader,  sortir du commun,  chercher de nouveaux volumes; la reconstruction d'un vêtement tout en conservantparadoxalement cette trace de construction brute m'a dévié vers de nouveauxmatériaux comme le silicone.

Ce dernier me permet de changer texture et aspect du tissugrâce à l'intégration de matières annexes comme des cristaux, paillettes, ouclous à l'image de ce village détruit, ainsi je créé ma propre matière.

Parallèlement, la notion de temps intervient à mes yeux dansce processus de déconstruction, soie et laine sonnent alors comme la métaphorelinéaire des pages d'un livre appliqué au corps.

Ces deux lignes directives m'amènent à explorer d'autrespossibilités.

Un corps en recomposition symbolisé par le boursouflement,le craquèlement voire par un grand volume de tissu adapté par la suite auvolume du corps humain.

L'évolution autour de cette idéologie est constante, desurcroît dans cette collection...

Using Format